Ostéopathie et sport : quand consulter et quelles précautions ?

0 Flares 0 Flares ×

Ostéopathie et sport font-ils toujours bon ménage ?

Tout dépend de la façon de les combiner comme nous allons le voir dans cet article.

ostéopathie et sport - quand consulter et quelles précautions ?

1/ Sportifs, quand consulter un ostéopathe ?

L’ostéopathe est le professionnel apte à s’assurer que la mécanique du corps fonctionne convenablement pour vous permettre un geste sportif contrôlé et efficace.

Ainsi, tout comme vous menez votre voiture chez le garagiste pour deux raisons (entretien ou réparations), vous pouvez vous rendre chez l’ostéopathe pour deux raisons similaires :

  • Pour un bilan préventif :
    Ostéopathie et sport font la paire en prévention.
    Lors des trêves saisonnières, avant une échéance particulière ou en fin de saison, un bilan ostéopathique est le bienvenu pour vous assurer que tout fonctionne.

    C’est d’autant plus le cas dans les sports avec impact (sports collectifs, de combat, course à pied) où chaque choc est une ouverture supplémentaire à la mise en place de compensations et déséquilibres minimes mais conséquents à terme.

    Profitez donc des moments où vous n’êtes pas contraints de performer pour faire un check-up complet afin de repartir du bon pied ensuite.
  • Pour traiter une douleur ou une gène ressentie :
    Ostéopathie et sport font bon ménage en guérison.
    Lorsque la prévention n’a pas suffi et qu’un malencontreux accident est survenu dans votre pratique, la consultation d’un ostéopathe peut être indiquée.

    Loin d’être un magicien, l’ostéopathe peut cependant remédier à un certains nombre de maux dont le sportif peut se plaindre, avant qu’ils ne prennent de l’ampleur :

    – Douleurs cervicales, thoraciques, dorsales ou lombaires
    – Restriction de mobilité ou douleur suite à une ancienne blessure
    – Point de coté, gène respiration (poids sur la poitrine), maux de tête d’effort … lorsqu’ils sont récurrents
    – Sommeil et récupération amoindris

Dans tous ces cas, la consultation d’un médecin doit précéder et conditionner celle d’un ostéopathe.

En effet, un médecin (si possible médecin du sport) sera à même de déterminer si le problème est mécanique ou s’il recèle d’une autre origine. Son diagnostic se voudra complet afin de ne pas passer à coté de ce qui pourrait constituer des signes de problèmes plus sévères, c’est pourquoi il convient de ne pas faire de déduction hâtive s’il en est du ressort de l’ostéopathe ou non.

Ostéopathie et sport présentent-ils des limites ?

2/ Ostéopathie et sport : précautions et limites

Bien que formidable en bien des sens, l’ostéopathie présente toutefois des limites et certaines précautions sont à prendre lorsqu’il s’agit du cocktail ostéopathie et sport :

  • Après une séance d’ostéopathie, votre corps doit être mis au repos physique.
    Les structures manipulées demeurent fragiles un certain temps, et les jours qui suivent une consultation d’ostéopathie sont les mieux placés pour risquer la blessure !

    Il est ainsi parfois compliqué pour un sportif et son staff d’accepter cette mise au repos de 3 à 5 jours, voire plus selon le travail accompli… mais c’est un mal nécessaire. A chacun d’estimer si quelques jours de contre-performance sont acceptables face au risque de récidive de blessure ou non, selon son niveau de pratique et les enjeux en cours.
  • L’ostéopathie n’est pas applicables dans certains cas précis définis par des décrets ou admis par les professionnels du secteur :

    – Les manipulations du rachis cervical (sauf autorisation expresse du médecin)
    – Les manoeuvres obstétricales chez la femme enceinte
    – Les consultations pour les bébés de moins de 6 mois (hors formation spécifique)
    – Le soin des maladies dégénératives : cancer, Alzheimer, Parkinson, SIDA, maladies génétiques (trisomies …), psychiatriques (autisme …)
    – Les manipulations en présence d’une crise inflammatoire (lors des maladies en -ite)

    Bien que l’ostéopathie ne puisse soigner les maladies précitées, elle peut cependant apporter un mieux être au patient qui en souffre (hors périodes de crise).

Espérant que cet article vous aura convaincu du rôle et de la place de l’ostéopathie chez les sportifs, nous restons disponible ici pour tout retour.