Sport et endorphines : comment le sport peut-il devenir addictif ?

0 Flares 0 Flares ×

Sport et endorphines sont étroitement liés !

Les endorphines sont les hormones libérées par le corps pendant et après un effort physique ayant pour conséquence de vous faire ressentir détente, satisfaction et joie après votre séance.

Zoom sur ces “hormones du bonheur”

sport et endorphines - comment le sport peut-il rendre addictif ? coach sportif paris lyon marseille

Sport et endorphines, c’est “tout bénef” ?

Comme à son habitude, hier soir Arnaud s’est rendu à sa séance de CrossFit où il a pu tout donner, transpirer, sentir chacun de ses muscles en action et éprouver une vraie sensation de détente !

Pendant sa séance et même durant les heures qui suivent, Arnaud a en fait produit des endorphines qui sont des hormones responsables de ce sentiment de bien-être mais qui ont aussi une autre conséquence sur son comportement : elles le rendent addict au sport.

Il y a 1 an quand il débutait le sport, Arnaud admet qu’il devait se bousculer pour trouver la motivation et que chaque séance était comme une épreuve à surmonter, mais il a remarqué qu’avec le temps il en est venu à aimer l’activité physique et qu’elle a finalement trouvé une place dans son quotidien.

Arnaud nous confie même ne plus pouvoir s’en passer aujourd’hui : un entraînement qui saute et il se sent immanquablement aigri ou ronchon !

Un réel manque s’est installé…

D’où vient ce lien entre sport et endorphines ?

Une dépendance d’abord “psychologique” …

C’est parce-qu’il recherche toujours plus de bien-être, nous dit-il, qu’Arnaud se rend presque chaque soir dans sa box : il a remarqué que cela l’apaise, le détend.

Hier encore, les endorphines libérées par ses efforts lui ont fait oublier les soucis du quotidien et évacuer le stress de la journée pour se sentir mieux l’espace d’un instant…

Oui mais après ?

Et bien aujourd’hui le stress reprend le dessus, s’accumule, et Arnaud se languit de l’euphorie qu’il ressentait après son WOD de la veille au point de tout faire pour s’aménager de nouveau du temps pour une nouvelle séance dès ce soir…

Et ainsi de suite !

La dépendance d’Arnaud est donc d’abord simplement due à sa “volonté” – consciente ou non – de soulager son malaise intérieur.

L’endorphine ne fait pas tout !

… mais une dépendance physique aussi !

Lors de son WOD d’hier Arnaud a aussi créé de la dopamine, l’hormone du plaisir et de la vigilance qui va de pair avec les endorphines.

C’est cette hormone qui lui donne cette sensation d’être remonté à bloc après l’effort, comme si il avait rechargé ses batteries !

Le problème que rencontre cependant Arnaud maintenant, c’est que son corps s’est habitué à la dopamine et a augmenté petit à petit sa tolérance à celle-ci. Du coup, il doit en créer encore et toujours plus pour ressentir un même niveau de plaisir !

Arnaud dit être conscient de sa dépendance au sport mais sent qu’il y a quelque chose en elle qu’il ne contrôle pas… et il a raison :

Elle est aussi due à une habituation de son corps à la dopamine, indépendante de sa volonté.

Sport et endorphines sont-ils des drogues ?

Endorphine = Morphine ? sport et endorphines

Grâce au vécu d’Arnaud, nous réalisons que les endorphines sont une merveille pour soulager le stress et faire le vide, mais qu’elles sont aussi de véritables drogues qui créent une réelle accoutumance.

Ce n’est pas un hasard si ces hormones s’appellent “endorphines” – contraction de “endomorphines” (“morphines que le corps peut fabriquer de lui-même“) !

De plus, elles se fixent sur les mêmes récepteurs que l’opium !

Quant à la dopamine, elle est aussi libérée lors d’une consommation d’alcool, de drogue, ou lors d’une activité sexuelle… étrange coïncidence non ?

Alors que penser du cocktail sport et endorphine ?

Sur ces faits il est évident que nous vous invitions à une pratique physique régulière dans le but de bénéficier des bienfaits des ces hormones !

Cependant comme toute chose plaisante, n’en abusez pas.
Organisez vous un planning réfléchi et tenez-vous y, sans chercher le “toujours plus”.

Si votre pratique sportive ne semble plus suffire à votre épanouissement, préférez opter pour d’autres solutions que son augmentation qui aurait pour conséquence un risque de blessures accru et une possible isolation sociale.

Apprenez par exemple à profiter des bons moments en pleine conscience via la méditation, ou à ancrer le bien être post-entraînement via l’auto-hypnose.